La flèche

Image:La flèche
25. janv., 2018 Écrit par : Martin Tekše
PARTAGER CETTE PAGE

 

Le réveille-matin retentit à 6 :30. C’est au moins 90 minutes avant que Joe ne démarre sa remontée. Vite, je me lave un peu, je bouffe mes céréales, enfile mes vêtements de ski et saute dans la voiture. Mon ami vit tout près. Il a encore une fois du retard, mais il se fait pardonner en expliquant qu’il ne s’est mis au lit qu’à minuit, après avoir complété la mise au point de nos skis. Il est encore suffisamment tôt pour décrocher un espace près des remontées pour nous garer. Nous sommes à l’avant de la queue quand vient le temps de s’empiler dans les cabines. Pendant la remontée – qui dure dix longues minutes – je me sens à nouveau comme un gamin. Je donnerais n’importe quoi à l’opérateur pour qu’il accélère un peu ! Arrivés au débarcadère, nous sautons sur nos skis et nous nous précipitons vers le télésiège qui nous amènera au sommet de la montagne. Enfin arrivés, nous nous retrouvons seuls pour un moment. Devant nous, une autoroute d’une neige parfaitement blanche qui n’appartient qu’à nous et à nous seuls ! Bon, au moins pour cette première descente… C’est en pensant à ce moment que nous nous levons si tôt le matin. L’un comme l’autre, nous ne vivons que pour ce genre de descente sur des pistes impeccablement préparées et nous nous délectons de la vitesse avec laquelle nous traçons nos virages sur les fines lignes laissées par les machines de damage. Mon cœur s’emballe chaque fois que j’entends du coin de l’oreille mes skis couper leur parfaite trajectoire sur cette non moins parfaite surface damée. Il faut pour ça, bien sûr, les bons skis. Des skis qui vous donnent confiance, des skis dont on sent l’accroche sur toute leur longueur, des skis qu’on sent fléchir sous le pied de manière dynamique et qui vous propulsent d’un virage à l’autre. Leur étonnante précision me fait penser à la tenue de route d’une Formule 1 ou à une flèche dont rien ne peut modifier la trajectoire après qu’elle ait été propulsée vers sa cible.

Plus étonnamment, ces skis peuvent être chargés en appui et ensuite délestés avec une facilité jamais vue, sans compter qu’ils vous donnent un excellent feedback tout au long de la courbe. On dirait qu’ils défient les lois de la physique, tellement leurs carres tiennent bien, même sur les neiges les plus dures et quelle que soit l’inclinaison en virage. La confiance que l’on ressent avec ces nouveaux Elan SLX, on doit l’attribuer à la technologie Arrow, une couche de titanium en forme de flèche qui est combinée à une plaque de carbone. La flèche de titanium est positionnée juste au-dessus du noyau bois et elle sert ainsi à assurer la répartition uniforme de l’énergie sur toute la longueur du ski pour une accroche imperturbable sur les surfaces même les plus dures. L’ingénieuse forme de ce renfort en titanium procure une précision millimétrique qui est ressentie à très haute vitesse, ce qui confère à ces skis un niveau de contrôle inégalé et une aisance  incomparable lors de l’enchaînement de virages courts. La plaque de carbone agit pour sa part comme un booster d’énergie et ces deux technologies fonctionnent de manière complémentaire l’une de l’autre pour répondre au moindre influx du skieur. Le SLX d’Elan est l’arme de choix pour tout skieur de haut niveau qui, on le sait, exige la perfection de son matériel.

Bien que ces skis aient été développés pour la compétition, vous pourrez profiter de leur précision toute la journée durant : leurs impressionnantes qualités sont assorties d’un niveau d’aisance et de confort qui a pour résultat d’exiger une moindre dépense d’énergie du skieur.Le SLX est un spécialiste de virages slalom énergiques à court rayon, celui-ci se situant entre 11,5 et 14 mètres. Les skieurs qui préfèrent tracer des courbes coupées à plus long rayon voudront se tourner vers la version slalom géant, le GSX, frère géant du SLX, qui, offert en plus grandes tailles, vous permet de tracer des courbes à plus longs rayons.

Vibrations à la Suisse
07. janv., 2019 | Gregor Šket

Vibrations à la Suisse

Zermatt, c’est le parfait paradis de la neige. À première vue, cet idyllique village sans voitures, blotti à l’ombre du Cervin, ressemble au souvenir nostalgique que nous pourrions avoir de l’hiver, tel qu’il était au temps de nos grands-parents. Mais non. En fait, Zermatt, c’est l’alliance savamment concoctée de la tradition et du modernisme. Au sommet, sous la bienveillante présence du Cervin, le ski se pratique à l’année longue.

En lire plus
L’or, l’argent et le bronze
07. déc., 2018 | Martin Tekše

L’or, l’argent et le bronze

Les épreuves de skicross des Jeux olympiques de Pyeongchang offraient aux athlètes un total de six médailles. Les skieurs de l’équipe Elan en ont mérité quatre, dont les deux médailles d’or.

En lire plus
À LA PROCHAINE, JAPON !
03. déc., 2018 | Bine Žalohar

À LA PROCHAINE, JAPON !

Le Japon est un pays intéressant, tout comme sa neige, d’ailleurs. Les hivers sont longs, nuageux et différents de tous les autres. Passer quelques mois dans la neige poudreuse d’Asie de l’Est est une expérience inoubliable et en est assurément une à répéter encore et encore.

En lire plus
Voir toutes les nouvelles
La saisie des données personnelles pendant les procédures de commande et de paiement est sécurisée par un chiffrage SSL. Les tiers n’ont pas accès aux données que vous saisissez. Nous utilisons la technologie 128-bit moderne pour le transfert sécurisé des données.
 

Reduction reason0

Reduction reason0

NRC

Reduction reason0

Reduction reason0

NRC